Accueil

Inauguration Ouest Sécurité Marine

Le 26 octobre 2012, une centaine de personnes étaient réunies pour l’inauguration de la nouvelle station sécurité interrégionale de Ouest Sécurité Marine (OSM), baptisée CENTRE DE SECURITE GREGOIRE MADIOT*. Ce centre dédié est le plus important d’Europe.

Face à la diminution drastique de la flottille de pêche, et de nouvelles réglementations espaçant le rythme des contrôles des radeaux, la COOPERATION MARITIME par l’intermédiaire d’OUEST SECURITE MARINE a restructuré cette activité.

Centre Ouest Sécurité Marine

Désormais, elle peut réviser des radeaux de grande taille (Ferry, navire à passagers, Marine Nationale,…), mais également mettre en place et  contrôler des systèmes d’évacuations intégrés (toboggans chute, rescue boat,…). Ce bâtiment d’une superficie totale de 2 000m² dont 1 500m² d’atelier est  équipé des technologies les plus innovantes. C’est également un centre de formation à destination du personnel des Coopératives Maritimes, des marins-pêcheurs, coureurs au large, et plaisanciers.

Ce centre est situé à Pornic au centre de la façade Atlantique. Situation stratégique qui permet d’intervenir rapidement de la Manche jusqu’au Littoral Sud Ouest.

Centre Ouest Sécurité Marine

Coordonnées : Ouest Sécurité Marine – rue de Bruxelles 44210 PORNIC

Tél : 02 40 82 40 40 - @ Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site internet : www.ouestsecuritemarine.com

Grégoire Madiot

* Grégoire Madiot, ancien Directeur de la Coopérative Maritime La Turballe 1969 -1992, fortement impliqué dans la sécurité maritime.

Disparition de Daniel Dreumont, ancien Secrétaire Général de la Confédération de la Coopération Maritime

Directeur général de la Société centrale du Crédit maritime de 1984 à 1996, après avoir dirigé la Caisse régionale de Vendée, officier de la Légion d'honneur, officier du Mérite maritime, Daniel Dreumont est décédé le 26 février à l'âge de 77 ans.

Ses obsèques ont eu lieu en l'église Saint-Nicolas de la Chaume aux Sables-d'Olonne, une ville que cet homme originaire du Nord affectionnait.

La Coopération Maritime était représentée par Jean-Loup Velut, actuel Secrétaire Général de la Coopération Maritime.

Il avait quitté le Crédit coopératif en 1971 pour rejoindre la direction du Crédit maritime de Vendée, où il fut en poste aux Sables jusqu'en 1984.

Ce fut l'un des "ouvriers" de l'organisation régionale et nationale de la "banque bleue" en faveur de la pêche artisanale.

En parallèle avec ses responsabilités au sein du Crédit Maritime, à partir de 1967, il avait assuré les fonctions de Secrétaire Général adjoint, puis de 1972 à 1975 celles de Secrétaire Général de la Confédération de la Coopération Maritime.

Son enracinement sablais l'a amené à s'inscrire dans le débat local. Il fut conseiller municipal de 1976 jusqu'à mars 2001.

Daniel Dreumont, toujours proche des gens de la mer, a aussi officié, bénévolement, au sein du Conseil supérieur de la navigation et de la Fondation du patrimoine maritime.

La Coopération rend hommage à son ancien Président, Victorien Viaud

Victorien VIAUD

Issu d'une famille de marins pécheurs, Victorien Viaud est né en 1922.

Après des études primaires dans les deux écoles (privée et publique), le certificat d'études en poche, il embarque à 13 ans, avec son père sur un petit bateau où il fait le métier de la crevette. Pour se perfectionner, il suit les cours de l'école des pêches, mais, au moment de passer le diplôme qui lui permettrait de devenir patron, on s'aperçoit qu'il est daltonien, ce qui lui ôte toute possibilité de commandement.

Lire la suite : La Coopération rend hommage à son ancien Président, Victorien Viaud

MARS 2013

 

COMMUNIQUÉ : PCP BRUXELLES

Il est toujours dangereux de se réjouir publiquement d’avoir limité les dégâts, au cours d’un processus de négociation. Seul compte le résultat final : il engagera l’avenir de toutes nos pêcheries et des activités économiques qui leur sont liées. Et ce résultat est loin d’être acquis. Néanmoins, il convient de saluer l’efficacité avec laquelle les intérêts de la pêche sont actuellement défendus par l’équipe ministérielle à Bruxelles.

 

La nouvelle politique qui s’annonce change la donne et nécessite plus que jamais que la profession ne travaille pas en ordre dispersé, tentation permanente dans le secteur des pêches, tentation française…

Le zéro rejet notamment nous oblige à inventer et mettre en place de nouveaux outils au service de nos pêcheries. Quelque soit l’année de la mise en oeuvre, 2014 ou 2015, c’est déjà aujourd’hui. Ce dossier mobilise la réflexion des structures locales de manière prioritaire, et particulièrement celles des structures coopératives, nées il y a plus d’un siècle lors de crises majeures et dont la vocation est précisément de permettre à la profession de gérer collectivement les crises. Passer du rejet «de minimis » de 9% à 7%, puis 5%, cela s’appelle certes limiter les dégâts, mais cela nous oblige de toute manière à des remises en cause radicales. L’on sait que l’aide des pouvoirs publics n’est plus vraiment aujourd’hui la solution-miracle, même si le futur FEAMP dont l’accouchement est tardif porte beaucoup d’espoirs : la liste de commande ressemble à un inventaire à la Prévert…

 

La profession se retrouve de nouveau à devoir inventer son nouveau mode de fonctionnement pour les prochaines décennies. Elle aura besoin de l’État et des collectivités locales et sait pouvoir compter sur l’écoute de leurs services.

 

Beaucoup de questions non résolues restent encore aujourd’hui à régler, et notamment :

-        comment les rejets seront-ils contrôlés ?

-        comment seront-ils débarqués et valorisés ?

-        quel impact sur les consommations de gazole et le budget des pêcheries ?

-        comment améliorer encore l’efficacité sélective des engins de pêche ?

-        comment cette nouvelle PCP se cale t-elle avec l’arrivée décalée du FEAMP ?

 

Une grande prudence est de rigueur sur les résultats provisoires des négociations actuelles. Plus que jamais la mobilisation vigilante de la profession s’impose en appui de nos négociateurs, pour éviter qu’à chaque étape ne joue l’effet cliquet vers le bas.

Informations supplémentaires